EXPOSITION DES PHOTOGRAPHIES DE RALPH GIBSON À MONTRÉAL (20 NOVEMBRE -15 JANVIER 2015)

À peine entrés dans la galerie Samuel Lallouz que nous voilà plongés dans l’univers de Ralph Gibson, photographe américain de renommée internationale dont la technique est restée inchangée depuis ses débuts dans les années 60. Plus de quarante photographies en noir et blanc (sa signature artistique) sont exposées, entremêlant réalisme et poésie, jeu de contrastes et d’associations, ombre et lumière, beauté du corps féminin et lignes abstraites, portraits et autoportraits, avec un goût pour la mise en scène et le détournement.

10813778_10203108988546890_666236484_o

       10821913_10203108988506889_1447010898_o

 

 

Ralph Gibson est là, accompagné de son fidèle appareil Leica ainsi que de sa compagne et quelques amis venus admirer les œuvres de cette figure emblématique de la photographie contemporaine américaine. Attentif aux réactions du public face à son travail, il nous confie avoir longtemps aimé jouer avec les projecteurs sur les tournage des films d’Alfred Hitchcock, pour qui son père travaillait. Gibson  explique alors que l’aspect cinématographique de certaines de ses photographies vient sans doute de cela, et nous donne même quelques précieux conseils, notamment que l’indispensable à une bonne photographie est l’étincelle lumineuse dans les yeux des sujets qui y sont représenté. « La lumière dans le regard, c’est ça qui apporte le dynamisme et la vie sur une photographie » nous confie-t-il, avant de partir répondre aux questions d’autres visiteurs curieux.

10824787_10203108988586891_221352810_o

Rappelons que Ralph Gibson est né en 1939 à Los Angeles et à découvert sa passion pour la photographie alors qu’il était soldat.  Après avoir été l’assistant de Dorothea Lange et de Robert Francks dans les années 60 (deux auteurs auxquels il ne cessera de vouer une grande admiration), Gibson fait un court passage à l’agence Magnum, puis réalise quelques commandes pour la mode, la publicité et l’édition. Il abandonne tout travail commercial en 1970 afin de se concentrer uniquement sur la photographie en noir et blanc. Photographe freelance newyorkais vivant la nuit, il se distingue alors avec The Somnambulist, une série de photos (en noir et blanc évidemment) à l’ambiance surréelle, dont certains clichés sont d’ailleurs exposés.

 

10815518_10203110590306933_1047948954_o

 

Nous vous recommandons la visite de l’exposition des photographies de Ralph Gibson et vous invitons à partager avec nous votre opinion sur les œuvres présentées.

10819863_10203108988626892_918228571_o

RALPH GIBSON Photographs

Galerie Samuel Lallouz (1455, rue Sherbrooke O. Montréal)

Entrée libre.

Article par Jacques Guibert et Quentin Delcourt.

À propos de l'auteur : ArtMtl

Premier réseau social d'artistes au monde!