Page 1
Standard

Le festival TransAmériques est lancé !

Le festival FTA s’est lancé ce jeudi 25 mai et propose 27 spectacles de danse et de théâtre jusqu’au 8 juin.


Cette soirée d’ouverture s’est faite dans les règles de l’art : cocktail et discours des différents représentants et partenaires du festival, avec la présence de personnalités comme Denis Coderre, maire de Montréal. Tous ont évoqué l’importance du festival et de la fierté pour la ville que celui ci se passe dans la métropole. Il faut dire que sa réputation n’est plus à faire depuis sa création en 1985.

 

 

Nous vous avons fait notre top 3 des shows que vous ne devriez pas manquer :

Lifeguard : un spectacle de danse qui éveille notre curiosité de par la symbiose proposée entre le public et le danseur.

Some Hope for the Bastards : ce show annonce un concert chorégraphique composé de plusieurs courants musicaux différents.

Conférence des choses : une pièce de théâtre qui nous intrigue avec l’originalité des différents sujets évoqués et l’envie de mettre nos cerveaux en ébullition.

Sachez également que le FTA propose également 3 événements gratuits !


Les artistes participants au festival viendront tout droit d’Europe, d’Asie et d’Amérique pour vous émerveiller. Certaines des représentations seront des co-productions quand d’autres seront des premières nord-américaines ou mieux encore : des premières mondiales ! La sélection festive et multiculturelle de cette année a été faite à l’image de Montréal pour son 375ème anniversaire, ce qui présage des performances mémorables.


Astuces : s’il y a un spectacle de la programmation que vous vouliez voir absolument mais qui se trouve déjà être complet… n’hésitez pas à tenter votre chance le jour même ! Nous avons entendu que les places de dernières minutes ne se font pas rares… 🙂

 

Laura Villain

Blogueuse ArtMtl

communication@artmtl.com

À propos de l'auteur : ArtMtl

Premier réseau social d'artistes au monde!
Standard

C2 Jour 2 : une journée riche et intense

Cette deuxième journée du C2 fut aussi intense et riche que la précédente. Aujourd’hui nous avons assisté à plusieurs conférences sous le chapiteau et au cabaret. La décoration ne nous laisse définitivement pas indifférents. L’organisation est aussi irréprochable: toutes les conférences commencent à l’heure et les transitions entre les intervenants sont ponctuées de chorégraphies de danse contemporaine.

Les participants ont tous répondu présents à en voir la fourmilière qui s’est formée au sein de l’Arsenal, ici sont condensés un grand nombre d’entrepreneurs, de créatifs et de businessmen.

Notre coup de cœur du jour est dédié à la conférence présentée par le cofondateur Daisuke Sakai et le directeur des communications Takashi Kudo de teamLab.

Pour eux, l’art peut étendre ses capacités grâce au numérique. L’art était pour la plupart sous forme statique, on ne pouvait pas interagir avec lui. La technologie numérique actuelle permet de donner une substance à l’art , on peut désormais le toucher et le faire évoluer. L’art devient alors réel, évolutif et transformable.

Grâce à cela, les spectateurs deviennent une partie de l’œuvre proposée, ce sont eux qui la font évoluer. C’est ce que les 500 collaborateurs de teamLab arrivent à faire à travers leurs œuvres.

Pour vous expliquer, nous prendrons l’exemple de l’œuvre sur les rizières japonaises. Les spectateurs peuvent, grâce à cette œuvre, retrouver l’ambiance, sentir, voir et toucher les rizières telles qu’on les retrouvent au Japon. Le public n’est pas seulement passif mais pénètre réellement dans une atmosphère recréée pour lui. Il se retrouve immergé, entre en interaction avec l’œuvre et l’expérience touche à tous ses sens.

 

C2 est une conférence exceptionnelle qui s’exporte désormais au delà de nos frontières. C’est à Melbourne, du 30 novembre au 1er décembre, que l’art et la créativité se donnent rendez-vous, grâce au C2:

«Je suis ravie de faire partie de la première conférence en Asie-Pacifique. Melbourne est l’endroit idéal, car la ville est fortement associée à l’innovation et à la créativité» a déclaré Uschi Schreiber, vice-président des marchés mondiaux chez EY»

Melbourne Australia #C2OZ17

We've gone INTERNATIONAL. See you in OZ! #C2OZ17

Posted by C2 Melbourne on Wednesday, May 24, 2017

 

Laura Villain et Rami M’rad

Blogueuse et rédacteur en chef ArtMtl

 

communication@artmtl.com

À propos de l'auteur : ArtMtl

Premier réseau social d'artistes au monde!
Standard

La jeunesse de l’école nationale de cirque festoie une dernière fois avant de prendre son envol

Attention mesdames et messieurs, ArtMtl a participé aux premières de « l’Amour et les extraterrestres » et « Le hangar des possibles » au cirque la Tohu ! Deux shows assurés par l’École Nationale de Cirque sous la direction de la création d’Howard Richard.

Tous deux étaient des prestations de la relève2017 de l’école, qui représentaient la fin de leur formation.

Pour l’amour et les extraterrestres, de nombreuses disciplines étaient représentées. Main à main, sangles aériennes, tissu, cerceau aérien, trapèze duo, corde volante, cadre russe ou encore de la roue Cyr : autant vous dire qu’il y en avait pour tous les goûts !

 

Nous en avons prit plein les yeux ! Il était difficile de se dire que ces jeunes artistes sortent de l’école tant la technicité et le professionnalisme était présent. Nous n’avons pas suivi le fil de l’histoire qui était annoncée (un homme qui découvre que sa femme est une extraterrestre), mais peu importe : chaque transition était bien pensée, le son, les lumières et les chorégraphies accordés parfaitement. L’avenir de ces jeunes prodiges est, nous en sommes persuadés, très prometteur !

 

Nous étions donc impatients de voir le deuxième spectacle le Hangar des possibles. Nous y avons assisté hier soir, mercredi 25 mai. Seriez-vous surpris si nous vous disions que ce spectacle était aussi bien que le premier ?

 

 

Encore une fois, la représentation était impressionnante. C’est une bande d’artistes  qui découvrent un hangar désaffecté et se retrouvent ensemble pour faire ressortir leur créativité et faire revivre cette place aux couleurs de leur art. Pour ce spectacle, nous avons eu le droit à plusieurs disciplines également : main à main, corde lisse, cadre russe, trapèze ballant, cerceaux chinois, équilibre et cerceau aérien.

 

Il y a eu beaucoup de chorégraphies de groupe qui permettaient de passer d’un show à l’autre où danses, jonglage et autre pirouettes acrobatiques se coordinaient parfaitement. Le seul regret que l’on pouvait avoir, c’est de ne pas pouvoir tous les regarder en même temps.

 

Ce fut une très belle découverte pour nous qui, après ces deux jours, repartons avec des étoiles plein les yeux. Félicitation à l’École Nationale de Cirque qui forme la relève artistique depuis plus de 35 ans. Et c’est une formule qui marche puisque 95% des diplômés sont engagés dans leur domaine notamment grâce aux 80 enseignants présents, au Centre de Recherche d’Innovation et de Transfert en Arts du Cirque et des 7200m carrés d’édifices qu’offre l’école.

 

À présent, nous vous invitons grandement à aller voir de vos propres yeux ces spectacles époustouflants. Vite vite, c’est jusqu’au 4 juin !

 

Laura Villain

Blogueuse ArtMtl

communication@artmtl.com

 

Crédit photo : Roland Lorente

À propos de l'auteur : ArtMtl

Premier réseau social d'artistes au monde!
Standard

C2 Montréal : l’art et la culture nous donnent rendez-vous

 

C’est l’effervescence ce matin, malgré un soleil taquin, il y a eu comme une boule creative qui s’est levée sur Montréal. Effets visuels, musique et l’événement tant attendu commence sous le nouveau chapiteau 360 de C2 Montréal.

C’est plus de 6000 participants qui se sont donnés rendez-vous pour une expérience qui s’achèvera vendredi 26 mai sous le thème de la soirée illuminations, présentée par Hydro Québec.

Apres avoir été transporté par l’orchestre symphonique de Montréal, nous avons eu la chance d’écouter Maestro Kent Nagano, qui nous a expliqué sa vision de la musique classique et a redéfini son évolution. Pour ce Maestro de la musique, il faut croire en l’art et en la culture dans toutes les grandes villes du monde. Nous avons besoin de plus de spiritualité pour croire en qui nous sommes. L’orchestre symphonique de Montréal, comme toute musique du monde, est un laboratoire d’évolutions et en recherches perpétuelles d’innovations pour attirer un public plus large en quête de sensations.

L’honorable Mélanie Joly clôture la conférence matinale du grand chapiteau. Celle-ci nous met en immersion en nous parlant de l’art et de la culture.

«Aujourd’hui, dit-elle, nous sommes au coeur de la révolution, car le numérique impact aujourd’hui tous les arts et toutes les cultures. Nous vivons dans une ère de changements massifs où les gouvernements ont un rôle important à jouer.»

Il existe une démocratisation des moyens de distribution et un fort désir de consommation et de développements numériques. Beaucoup de secteurs sous estiment les industries créatives, celles-ci jouant un rôle crucial comme acteurs de changement. Les médias numériques sont de potentiels exportateurs d’idées et de créativité. Si nous prenons l’exemple de Facebook, plus de 20 000 000 de Canadiens sont aujourd’hui connectés à ce media.

En Chine également, nous assistons à la création d’un musée par jour pour un budget total de 1,5 milliard de dollars.

Partout dans le monde nous sommes à la recherche de sensations et de découvertes grâce à la réalité artificielle et à la réalité augmentée. Si l’art aujourd’hui est fédérateur de changements, l’écosystème où nous évoluons reste fragile et évolue lentement malgré les 35 millions que le Canada a injecté afin de créer et d’innover à travers le monde.

C2 a réussi à faire conjuguer affaire et créativité, nous partagerons avec vous les moments forts de ce grand rassemblement aussi atypique qu’intéressant. En attendant nous vous laissons danser et réseauter au rythme de YoMiu et Nik Olson.

 

 

Rami M’rad

Rédacteur en chef ArtMtl

communication@artmtl.com

À propos de l'auteur : ArtMtl

Premier réseau social d'artistes au monde!
Standard

C2 Montréal : J-1 !

 

ArtMtl participe à la nouvelle édition du C2 Montréal du 24 au 26 mai 2017. Mais qu’est-ce que C2 Montréal ?

 

Crédit photo : C2 Montréal, Mikael Theimer

 

L’événement C2 réunit plusieurs activités dédiées aux professionnels qui touchent de près ou de loin au commerce, à la créativité, au numérique et à l’innovation. Pendant ces 3 jours sont condensés des conférences, des ateliers, des rencontres, des performances artistiques ou encore des expositions. C’est plus de 6000 participants de tous horizons et venant de 50 pays différents qui seront présents. De grandes personnalités feront part de leurs expériences et expliqueront leur réussite. Entre autre, nous assisterons à :

– une prestation musicale ainsi qu’une conférence tenue par Maestro Kent Nagano et l’orchestre symphonique de Montréal

– un atelier sur la révolution créative, animé par Valérie Bécaert (directrice des partenariats) et Caroline Pernelle (conseillère aux partenariats industriels) chez IVADO

– une conférence animée entre autre par Jean-François Bouchard, chef de la direction, création et guide créatif du Cirque du Soleil et Neilson Vignola, directeur de la création du Cirque du Soleil

– une prestation musicale par de nombreux artistes et un spectacle d’illuminations pour clôturer l’événement.

 

Notre équipe participera à l’événement pour évaluer l’innovation du monde des affaires et analyser la créativité qui s’en dégage. Les rencontres avec les visionnaires du monde entier seront une réelle source d’inspiration pour notre communauté à travers l’univers de l’art numérique, sa créativité, ses inspirations et ses innovations.

 

Nous avons hâte de vous faire part de nos découvertes, restez connectés !

 

 

Laura Villain

Blogueuse ArtMtl

communication@artmtl.com

À propos de l'auteur : ArtMtl

Premier réseau social d'artistes au monde!
Standard

VOLTA – Cirque du Soleil, une véritable montée d’adrénaline!

Acrobates, mais aussi sports d’action comme le vélo acrobatique, les patins à roulettes, le parkour, BMX, le groupe électro M83, etc. sont tous des éléments présents dans la nouvelle production du Cirque du Soleil, lui apportant ainsi un rafraîchissant air de jeunesse et un dynamisme exceptionnel!

 

 

En première mondiale à Montréal, le leader québécois du divertissement repousse encore les limites des arts du cirque en intégrant plusieurs disciplines de sports d’action qui sont présentées pour la première fois sur une scène du Cirque du Soleil, dont des numéros de BMX, de Parkour et de BMX Flatland.


VOLTA met en scène un animateur de jeu télévisé (Waz), vivant dans un monde totalement superficiel dominé par un groupe appelé « les Élites ».
« Waz est né avec des cheveux en plumes bleues, résume Bastien Alexandre. On peut penser qu’il a été ridiculisé dans sa jeunesse, il s’est alors paré d’une calotte d’or pour cacher ses cheveux et sa vraie nature. Cette calotte est devenue l’emblème du jeu télévisé qu’il anime. C’est devenu sa propre prison, où il offre aux participants de l’émission de cacher leur différence et leur peur d’exister. » Waz rencontre ensuite Ela – chef du groupe les Esprits libres – qui marquera un tournant dans sa vie.

 


L’aspect cinématographique du spectacle, dû au scénographe américain Bruce Rodgers, est le lien entre les différentes parties du spectacle, qui met en scène ce personnage dans la plupart des tableaux et stigmatise aussi une approche futuriste du Monde avec l’utilisation des cellulaires dans plusieurs reprises du spectacle.



VOLTA est plus qu’un spectacle ordinaire, c’ est tout un défi artistique! 46 artistes, le groupe électro M83 qui joue en live, des performances exceptionnelles de sports d’action, tout cela sur une scène de 41 pieds de diamètre!

Du 20 avril au 23 juillet sous le chapiteau du Cirque du Soleil, dans le Vieux-Port de Montréal.

Site web officiel du spectacle

 

 

Article de Hamza Mejri

Crédit photo: Patrice Lamoureux

À propos de l'auteur : ArtMtl

Premier réseau social d'artistes au monde!
Standard

Retour sur la clôture du festival Vue sur la relève

Ce samedi 20 mai, le festival Vue sur la relève prenait fin. On ne pouvait pas louper cet événement, nous nous sommes donc rendu au Monument National où une cinquantaine de personnes avaient répondu présents.

Pour cette dernière soirée, 3 shows musicaux nous ont été présenté.

Le premier, Tambour, était un orchestre dont la musique était douce et enchanteresse. Une musique que l’on n’aurait pas imaginé écouter un samedi soir, mais le festival a été assez audacieux pour prendre ce risque. Paris gagné ! Les musiques allaient jusqu’à toucher nos émotions. Je tiens d’ailleurs à saluer le talent du pianiste, Simon Piché-Castonguay qui est d’ailleurs le compositeur de tambour.

 

 

Le contraste avec le deuxième groupe, Shpik, fut étonnant ! Nous avions eu la chance de les voir lors de l’ouverture du festival. Cette deuxième rencontre nous a conforté dans notre opinion sur ce groupe dynamique. Nous vous conseillons de les garder à l’œil afin de ne pas louper leur prochaine représentation, ça vaut le coup ! Leur musique et leur univers est vraiment d’un autre genre : très futuriste mais très actuel également.

 

 

Shyre – Atlas Flag, était le 3ème et dernier groupe du festival. Ce groupe, composé de 4 musiciens dont une chanteuse pleine de talent, propose une musique profonde et mystérieuse. Une musique pleine de punch et d’entrain, qui amène à de vifs hochements de têtes de la part de tout le public. C’était un show agréable à voir car en plus de la musique, la mise en scène était bien réfléchie.

 

 

Ce fut une soirée à 3 styles musicaux bien différents. Nous avons trouvé cette sélection de clôture pertinente car elle était à l’image du festival de cette année : plein d’artistes prometteurs aux univers pertinents et intéressants.
Nous terminons donc ce festival avec le sourire et nous vous encourageons à guetter la programmation de l’année prochaine.

 

Laura Villain

Blogueuse ArtMtl

communication@artmtl.com

À propos de l'auteur : ArtMtl

Premier réseau social d'artistes au monde!
Standard

Bonne fête Montréal !

Avez-vous entendu les cloches sonner ce matin ? Ça y est les festivités sont lancées ! Aujourd’hui, 17 mai 2017, Montréal fête son 375ème anniversaire de fondation.

À cette occasion, c’est la société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal qui a pour mission d’organiser les festivités. Plusieurs activités sont prévues dans tous les quartiers de la ville. Vous verrez, de par la programmation, que Montréal a prévu de faire les choses en grand pour mettre en valeur les montréalais, leur créativité et leur savoir-faire.

Si l’on retourne 375 ans en arrière, on arrive en mai 1642. À cette époque, c’est Paul de Chomedey et Jeanne Mance qui, accompagnés de quelques français, se sont mis à rêver d’une ville où vivraient les autochtones canadiens et les français.

 

Crédit image : Montréal en histoires

 

Le résultat de ce projet fou est encore mesurable aujourd’hui lorsque l’on voit l’étendu de la ville de Montréal, son poids économique, culturel et sa renommée en termes d’innovations. Cet anniversaire est d’ailleurs  l’occasion pour la métropole de prôner son projet de politique de développement culturel 2017-2022 intitulé “Savoir conjuguer la créativité et l’expérience culturelle citoyenne à l’ère du numérique”. Dans ce sens, le quartier de l’innovation a été créé en 2013 et permet de faire prospérer des partenariats entre acteurs locaux. Il vise à faire de la ville de Montréal une ville vitrine en matière de créativité et d’innovations.

 

 

Pour marquer d’un grand coup le début des festivités, le pont Jacques-Cartier va s’illuminer ce soir à 21h45 avec un spectacle de son et lumière de 30 min, réalisé sous la direction de Gabriel Pontbriand. Le pont ne brillera pas seulement ce soir, mais toutes les nuits durant les 10 prochaines années ! Il s’illuminera selon un algorithme qui fera changer les couleurs selon l’énergie environnante et le souhait des Montréalais grâce au #illuminationmtl.
On vous dit à ce soir pour le spectacle !

 

Laura Villain

Blogueuse ArtMtl

communication@artmtl.com

À propos de l'auteur : ArtMtl

Premier réseau social d'artistes au monde!
Standard

Comprendre les “Golden Hours” en photographie

En photographie, le timing fait souvent toute la différence entre une photo réussie et une photo râtée. Mais comme partout, il faut savoir provoquer la chance et choisir les meilleurs moments de la journée pour prendre vos photos. C’est par exemple le cas des Golden Hours.

Les Golden Hours correspondent à la première et à la dernière heure de soleil dans la journée, au moment où le soleil n’est pas trop haut dans le ciel.

 

 

Ces quelques instants sont importants car ils vont vous permettre d’obtenir un éclairage plus doux et chaud, avec un angle plus prononcé, ce qui permet de détacher les ombres de leurs objets. Les couleurs sont également très spécifiques, avec un ciel souvent très coloré ce qui permet d’obtenir des paysages plutôt atypiques (et sans retouches). Et bien sûr, la lumière étant moins intense qu’en pleine journée, vous n’avez que peu de risques que votre photo soit surexposée.

A l’opposé, l’heure du midi (entre 12h et 14h) est tout sauf recommandée pour réaliser des photos, car le soleil étant à son zénith (encore une fois cela varie en fonction des saisons), les ombres sont écrasées et les photos manqueront souvent de reliefs, avec par exemple des ombres sous le visage pour un portrait (dans ce cas, le fill-in est recommandé).

Bien sûr, en fonction des saisons, ces heures varient, et la période hivernale sera beaucoup plus simple pour ceux qui ne veulent pas se lever à 5 heures du matin pour réaliser ces photos.

 

 

Tout se joue dans un mouchoir de poche

Même si on appelle cela des heures dorées, les moments les plus propices se limitent parfois à quelques minutes, pas plus. Il faut donc être prêt et ne pas râter le moment qui fera que votre photo est réussie. A ce moment là, soyez donc prêt avec votre matériel pour déclencher, et vérifiez que vous avez suffisamment de place sur votre carte mémoire car le mode rafale peut faire des ravages.

Etant donné que le soleil se lève ou se couche très rapidement, les variations de lumière et d’éclairage sont très importantes : deux clichés pris à une minute d’écart lors d’un levé de soleil peuvent donner deux photos complétement différentes.

Lorsque le ciel est dégagé, vous pourrez apprécier la lumière simple du soleil, mais dès que quelques nuages pointent le bout de leur nez, attendez-vous à obtenir des couleurs des plus folles, car les rayons du soleil qui se reflètent dans les nuages peuvent créer des atmosphères irréelles (voir la photo ci-dessous). D’ailleurs, si vous jouez avec la balance des blancs (autrement qu’en automatique) vous obtiendrez également des clichés très réussis.

 

 

Quoi ? Ce n’est pas clair ? Et bien justement, si vous pensez qu’il suffit de regarder le bulletin météo pour savoir si le temps va vous donner une belle photo, vous vous trompez complétement. Bien sûr, si de la pluie est annoncée, ne soyez pas masochiste, mais en général, il est quasi impossible de prévoir les bonnes conditions. Il vaut donc mieux arriver bien avant le lever du soleil, et pour le coucher, ne pas hésiter à rester un peu après, pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

Maintenant, la dernière chose qu’il vous reste à faire, c’est de vous acheter un réveil pour ne pas louper l’opportunité de vous lever tôt, de prendre de belles photos et de travailler tout le reste de la matinée !

 

Jacques Guibert

Source: Phototrend

À propos de l'auteur : ArtMtl

Premier réseau social d'artistes au monde!
Standard

Retour sur un show où rires et émotions s’entremêlent

Après avoir participé à l’ouverture du festival Vue sur la relève mardi dernier, je me suis rendue aux shows proposés ce vendredi 12 Mai pour découvrir de nouveaux artistes.

Me voilà dans la salle de répétition du Monument National pour voir la première représentation, une chorégraphie qui s’appelle The dinner party (les exclues).

J’ai pu apprécier l’humour et le professionnalisme des 3 danseuses. En effet, la chorégraphe Marie Lambin-Gagnon nous emmène très vite dans son monde excentrique et féminin où sons, lumières et danse se confrontent brillamment.

 

Crédits photo : Festival Vue sur la relève

 

Après l’entracte, la pièce du théâtre Escarpé “Envies” rentre en scène, interprétée par Catherine Simard qui devient très vite Stacy la prostituée. Avec elle, on rentre tout de suite dans l’action et le public est mis à contribution. C’est une pièce que j’ai trouvée décomplexante, tant par le naturel que par le jeu de la comédienne. La première partie paraît osée : le sexe y était évoqué, sans complexe. La seconde partie était quant à elle plus axée sur l’émotion. J’ai été très touchée par cette prestation et je vous invite à découvrir la pièce Envies pour apprécier le talent fou de Catherine Simard.

 

Crédits photo : Cath Langlois Photographie

Ce fut une soirée portée sur le thème de la femme où j’ai pu rire et frissonner. L’ambiance y était conviviale grâce à la proximité que l’on avait avec les artistes. Petit bémol sur la disposition de la salle qui n’était pas adaptée à une prestation de danse. En effet, installée au 3ème rang, j’ai dû me lever pour voir l’intégralité de la chorégraphie.

 

Avec cette nouvelle réussite, il me tarde de découvrir une autre représentation du festival !

 

Laura Villain

Blogueuse ArtMtl

communication@artmtl.com

 

À propos de l'auteur : ArtMtl

Premier réseau social d'artistes au monde!